Yatedo Club

Mercredi 26 septembre, avait lieu le 1er petit-déjeuner Yatedo Club ! Le principe ? Réunir des recruteurs autour d’un thème pour rencontrer, échanger et partager.

Le thème du jour : Discriminations VS Diversité, l’Intelligence Artificielle est-elle la solution ?

9h

Les premiers participants arrivent. Certains se connaissent, d’autres se découvrent. C’est le moment de se présenter. L’ambiance est détendue, le café coule à flot et les petites viennoiseries disparaissent à vue d’œil. Bon maintenant, au boulot.

Yatedo Club

9h30

Makram commence par la base : la définition d’une discrimination. C’est une inégalité de traitement fondée sur un des 23 critères interdits par la loi. Mais pour punir, il faut encore être capable de prouver qu’il y a eu une discrimination. Le recrutement c’est de l’humain, il est facile de refuser une personne avec un argument inventé.

Yatedo Club Discriminations

 

« Ça a toujours existé, mais avant on ne faisait pas d’étude. Maintenant on en parle, et c’est tant mieux ! »

En parlant d’étude, 34% de la population active rapporte des discriminations sur les 5 dernières années (Défenseur des Droits et l’Organisation Internationale du Travail, mars 2017).

Phrase d’un client entendue par un recruteur présent aujourd’hui :

« Il est sur le RER D, je ne veux pas le prendre (temps de trajet trop long) »

La réponse fuse dans la salle :

« Le candidat doit être conscient des contraintes, mais c’est à lui de les accepter, ou pas »

Autre remarque, différente, entendue lors d’un rendez-vous avec un client :

« Le CV est moyen mais elle est jolie, je veux la voir », « Pour ça il y a Meetic » . Ou Tinder, pour les plus jeunes 😉

Autre chiffre, 150 milliards d’euros : c’est le coût des inégalités d’accès à l’emploi et aux postes qualifiés (France Stratégie).

Comme nous travaillons sérieusement, un 24ème critère est défini par l’assemblée : en poste ou pas en poste. Souvent, un candidat déjà en poste est préféré à un candidat au chômage bien qu’il soit disponible immédiatement. Et oui.

10h

On développe le sujet. Oui, lentement, parce que nous avons invité des recruteurs qui ont des choses à dire 🙂

2 raisons peuvent expliquer certaines formes de discriminations :

  • Le clonage, pour se rassurer : dans un contexte économique difficile, les entreprises se rassurent en recrutant des talents provenant des mêmes moules, façonnés par des expériences similaires et possédant les mêmes modes de pensée. Recruter des clones, c’est en fait une perte de valeur, ou au moins ça n’enrichit pas l’entreprise.
  • CV Classiques : ils amènent les recruteurs à accorder une importance démesurée aux notes, aux réputations des écoles et au prestige des expériences pro. Un problème se pose alors : ces critères favorisent généralement les candidats issus des milieux plus aisés, qui bénéficient de meilleurs réseaux.

« On va arriver à un problème professionnel si on ne change pas nos habitudes, on aura plus personne. Les réseaux sociaux redonnent du pouvoir aux candidats »

La marque employeur est capitale pour engager et fidéliser les talents. Aujourd’hui, avec Internet, et le site comme Glassdoor pour ne citer que lui, les candidats prennent la parole : rapidement, la marque employeur peut être ternie.

Une entreprise qui prône la diversité, c’est une entreprise qui a une bonne image de marque. Mais pas seulement. Pour la majorité des entreprises, la diversité au travail est une source d’inquiétude. Elle est en réalité bénéfique pour sa croissance. La diversité, c’est un partage d’expériences et de savoir-faire. Les compétences de chacun apportent des éléments capitaux qui contribuent à la réussite globale de l’entreprise : plus d’innovations, approches différentes des problèmes…

Avec l’essor de la mondialisation et le développement d’un marché du travail toujours plus compétitif, la diversité est une des solutions qui s’impose.

10h30

L’IA, la voie du changement ?

Alors oui, elle lutte contre les stéréotypes en nous proposant des opportunités et des talents que nous n’aurions surement pas sélectionnés, ni même envisagés. Elle est aussi capable de mettre en avant les compétences d’un talent mais aussi surtout sa personnalité. Elle trouve les meilleurs profils et nous fait gagner du temps. Ce gain de temps nous permet de nous recentrer sur notre valeur fondatrice : l’humain.

« L’IA peut accélérer la prise de conscience, mais elle n’est pas l’unique solution »

C’est vrai, car les recruteurs ne sont pas les seuls à devoir changer leurs habitudes. Si l’IA peut aider, elle ne peut pas le faire seule. Car la décision finale appartient toujours à l’humain.

C’est pour ça qu’une loi a vu le jour le 27 janvier 2017 : la loi pour la formation à la non-discrimination à l’embauche. Elle concerne les entreprises de plus de 300 salariés et les entreprises spécialisées dans le recrutement. La formation est obligatoire pour chaque chargé de mission de recrutement, renouvelable tous les 5 ans.

Dans l’assemblée, tout le monde s’accorde à dire que cette loi part d’une bonne intention mais qu’elle ne sera pas efficace. La discrimination ne concerne pas seulement les recruteurs.

« Tous les acteurs doivent se bouger. Ceux qui discriminent ne sont pas toujours les recruteurs (client, directeur, manager…). La direction Générale doit donner le rythme et les moyens »

« La vox populi est plus efficace que les lois »

Une entreprise dénoncée sur les réseaux sociaux (ou partout ailleurs) pour ses discriminations change plus rapidement ses méthodes pour ne plus ternir sa marque employeur.

11h

Pour terminer, on a demandé à nos invités ce qu’eux, ou leur entreprise, mettaient en place pour lutter contre les discriminations. Voici un rapide bilan :

  • Mise en place de « Responsables diversité »
  • Recentrer le client sur le job (missions, poste, rôle, compétences) lorsque la demande s’oriente vers une origine, un sexe etc…
  • Passer outre certaines recommandations (« Tu ne voulais pas de femme ? Ah, j’avais oublié, mais son profil correspond parfaitement et elle t’attend dans ton bureau pour l’entretien »)
  • S’attacher uniquement au potentiel : appétence pour le poste, chasser des talents d’autres postes que celui recherché mais avec des compétences similaires).

11h15

C’est la fin de ce premier petit-déjeuner Yatedo Club. L’émotion nous submerge, nous nous quittons les larmes aux yeux, mais ce n’est qu’un au revoir, nous nous retrouverons au deuxième petit-déjeuner Yatedo Club 🙂

Merci pour votre participation, vos avis d’experts et votre bonne humeur.

Yatedo Club

Share
Share